Dans un univers façonné par des dragons divins, ou moult races et magies se côtoient, venez prendre part a la grande fresque de cet univers (NC-18 pour les thèmes abordés)


Une danse essentielle [FT Ezaelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar
Gor




Une danse essentielle
Matin. Six heures. Kushumaï se réveille et se lève quand tous dorment encore. Elle descend l'escalier profite de la demi heure habituelle pour danser avec un peu de maîtrise du flux de feu. Quand l'heure approche, elle s'arrête, remonte, se glisse dans son lit et attend l'appel. Il ne tarde pas. Elle se relève et attend le programme du jour précédant le petit déjeuner. Cependant, elle sent qu'aujourd'hui, quelque chose est différent...

Que se passe-t-il ? Le maître semble soucieux et je suis sûre que ça me concerne...

Peu après qu'elle se soit fait cette réflexion, Kushumaï constate que son maître est plus que soucieux, mais plutôt nerveux. Il lui annonce qu'elle fera un spectacle en présence d'invités ce soir. Rien de spécial à priori, alors pourquoi...

"Ce soir, la Princesse Ezaelle sera des notres. Je compte sur toi pour donner ton maximum, Kushumaï."

Une bombe. Il venait littéralement de lâcher une bombe. Et Kushumaï dut employer toute sa concentration pour ne pas trahir l'appréhension qui l'avait soudainement saisie et hocher docilement la tête. Comme à chaque fois, elle dut s'y reprendre à plusieurs reprises pour déduire, après moult réflexions, que c'était une occasion. Une occasion inespérée... si seulement elle pouvait impressionner la Princesse, peut être alors qu'elle se rapprocherait... et pourtant, pourtant, c'était une occasion tellement risquée... elle comprit qu'elle pouvait y perdre, mais son maître aussi, et que cela expliquait sa nervosité.

Kushumaï passa toute l'après midi à s'entrainer. Encore et encore. Répétant le moindre mouvement pour sa prestation du soir. Puis, une fois confiante en elle, elle fut appelée pour être habillée encore plus belle qu'a son habitude. De nouveaux bijoux violets ornaient sa tenue, toujours aussi avenante, et elle rayonnait dans cette parure qui rehaussait toute sa beauté extérieure. Le repas était servi, et elle se doutait que la Princesse était là. Elle prit une longue inspiration en attendant le moment où ce serait à elle d'intervenir dans la soirée...


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Kushumaï le Sam 26 Mai - 1:49
avatar
Gor


Ces prodiges, Ezaelle les collectionnait comme d’autres collectionnaient les bijoux ou les coquillages. Dire qu’elle était économe aurait été un mensonge, comme son père, elle se sentait obligée d’étaler sa richesse à la face du monde, mais pour une princesse elle ne coûtait pas si cher que ça en robe. Non, son argent, elle préférait le déverser sous forme de mécénat.

Non seulement ses dons généreux l’aider ainsi à se faire mieux voir, une douce propagande qui collait à l’image maternelle de la femme. Dans un peuple d’esclavagiste à la jonction d’une guerre, la princesse Ezaelle s’intéressait à la culture, aux orphelins. Toutes ces choses qui a première vu semblait anodine mais qui en réalité ne l’était pas. Une guerre pouvait aussi être gagné par des bardes, par des tableaux, convaincre l’opinion public avait du sens, entretenir le mythe grandiose autour de sa famille en avait aussi.

Alors, Ezaelle traquait des talents, en tout genre, les prenait sous son aile s’attachant leur loyauté par ses faveurs pour pouvoir les utiliser quand elle en avait besoin et ainsi faire prospérer l’idéologie de son peuple : les fort réussissaient. Comment ne pas y croire quand le miséreux du coin se retrouvait soudainement au palais pour avoir doté par les dieux d’un talent inouï pour la peinture ? C’est l’espoir de milliers de gens d’échapper un jour à leur condition qu’encourageait la princesse en sélectionnant quelques élus pour les extraire de leurs conditions.

C’était aujourd’hui le privilège d’une esclave, une danseuse, Kushumaï. Un nom aux sonorités aussi exotiques que son charme digne des comtes orientaux. Un nom qu’elle oublierait aussitôt si la jeune femme n’était pas à la hauteur de sa réputation.

Retorse, Ezaelle avait décidé de ne pas lui laisser la tâche facile, et c’est pourquoi… elle était en retard. Personne n’aurait osé commencer le dîner sans elle, aussi les convives se regardaient-ils dans un silence pesant, la nourriture alléchante sous le nez en train de refroidir. Elle avait donné des ordres pour que le spectacle commence sans elle, tout ça pour mieux l’interrompre alors qu’elle faisait irruption en grande pompe, annoncée par tous ses titres tandis qu’elle pénétrait, régalienne dans la pièce.

Les autres convives étaient pour elle de la décoration, ses yeux se posèrent sur la danseuse, stoppait en même temps que la musique par l’arrivée tardive de la princesse.
L’angoisse de se savoir observé par la princesse, la déception de ne pas la voir en entrant en scène, la surprise d’être interrompu en pleine volée. C’était déstabilisant, elle le savait c’était fait exprès.

Prenant place en bout de table car son père n’était pas là et qu’elle était la personne la plus noble de cette soirée intime – que 15 convives – Ezaelle fit signe de reprendre, les yeux fixés sur la demoiselle, ne laissant rien passer de son attitude ou de ses gestes.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Ezaelle Kryos le Lun 28 Mai - 15:08
avatar
Gor




Une danse essentielle

L'attente n'avait pas été longue. Soulagée, Kushumaï entra en scène pour effectuer un salut respectueux envers tout les invités nobles que son maître n'avait pas hésité à inviter : C'était normal après tout, elle ne s'attendait pas à une réception privée avec uniquement la Princesse, et... à vrai dire elle en était plutôt contente. Cela dit, le nombre d'invités était réduit, et cela choqua un peu la danseuse, mais l'effroi s'empara d'elle quand elle aperçu une place vide : La Princesse n'était pas là. En soi, ça ne posait pas de problème pour le spectacle, mais... pourquoi l'avoir fait commencer avant son arrivée ?

J'espère que le maître n'a pas donné d'ordre contradictoire... je ne suis peut être pas censée commencer sans la Princesse ? Je ne sais pas trop quoi faire...

Elle croisa le regard de son maître et n'y vit aucun signe d'agacement ou de reproche : Kushumaï devait bel et bien commencer. Elle s'inclina à nouveau respectueusement, et se mit à danser.
L'aisance lui revint naturellement : Elle était dans son élément. Les répétitions du spectacle effectuées toute l'après-midi payaient, et elle virevoltait comme si de rien n'était, comme si la pression était absente, bref, elle était bien, juste, presque parfaite.
Soudainement, la porte du fond s'ouvrit et un héraut annonça :

"SA ROYALE MAJESTE, LA PRINCESSE EZAELLE DE GOR"

Kushumaï se figea en  même temps que la musique, alors que le héraut continuait d'énoncer titres après titres, des lieux et des responsabilités que Kushumaï ne connaissait même pas. De toute façon, elle aurait été bien incapable de les retenir même si elle les avait connu. La danseuse était presque livide, voyant apparaître devant elle une Princesse sûre d'elle, qui la fixait et qui tranquillement allait s'assoir à sa place. Elle hésitait sur la conduite à adopter. Baisser les yeux en signe de soumission, s'agenouiller pour reconnaître l'arrivée d'un membre de la famille royale, ou juste se préparer à reprendre le spectacle ? Kushumaï réfléchit rapidement : La Princesse était arrivée en retard, non ? Donc elle avait raté son salut. Certes, mais aurait-elle du saluer autrement la Princesse ? Elle en doutait sérieusement. De toute façon, conclut-elle, elle n'était pas venue voir le salut d'une esclave, mais une danseuse danser. Elle se contenta donc d'un signe de tête respectueux avant de se concentrer à nouveau sur sa tâche : Le spectacle devait reprendre, Kushumaï le savait. Et pourtant, cette interruption avait tout changé. Le rythme de la danse était cassé, les efforts effectués lui pesaient sur cette légère pause et reprendre serait douloureux. Et l'instant de cette reprise était imminent, elle le savait.... et elle le vit au geste de la Princesse. Oui, c'était le moment. Kushumaï prit une longue inspiration, fléchit les jambes, et au moment où la musique reprenait, elle se releva.

Ses jambes lui faisaient mal, mais elle passa outre, ce moment était trop important pour elle. Il fallait désormais danser, et danser à son maximum. Alors, tandis que ses sensations revenaient au rythme de la danse, elle commença à sortir du stress et de l'angoisse causés par cette interruption trop peu fortuite pour ne pas être calculée, et elle sourit. Sa danse, marquée et un peu hachée par la douleur dans ses jambes, devint plus fluide, plus rythmée, et elle glissait sur la scène comme si elle avait pu marcher sur l'eau. La douleur était présente mais s'effaçait comme si finalement, elle attendait son heure, après le spectacle. Elle connaissait la musique et savait exactement quand elle s'arrêterait, alors, avant que celle si s'achève, elle voulu, comme une revanche à prendre sur ce spectacle interrompu, le finir en apothéose. C'est ainsi que Kushumaï fit ce qu'elle faisait toujours en secret les matins et les soirs où elle en avait l'occasion, finissant le spectacle dans une vrille qu'elle n'avait pas prévu au programme. Au dernier moment cela dit, là où elle aurait pu projeter du feu autour d'elle pour terminer la danse par un spectacle pyrotechnique, elle se ravisa : Elle n'était pas censée maîtriser le flux de feu, ça aurait été stupide de se laisser emporter. L'assemblée se contenterait d'une longue vrille, quitte à ce que la danseuse en soit sonnée à la fin...

La musique s'arrêta et Kushumaï acheva de tourner au même moment, se retrouvant face à son public réduit, et le salua de nouveau. Sa tête tournait et ses jambes demandaient grâce. A ce moment, elle se posa enfin la question fatidique "Était-ce suffisant ?"
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Kushumaï le Lun 28 Mai - 15:51
avatar
Gor


Ce qu’elle était belle. Ezaelle était la première à se moquer de la faiblesse des hommes qui semblaient si prompt à succomber aux charmes féminins quitte à s’attirer des ennuis, mais pour autant, elle la comprenait. Ce que ces courbes étaient hypnotisantes, cette peau emperlée de sueur qui brillait comme pour faire mieux ressortir les détails de ses muscles et la grâce de son corps sculpté par la danse. Elle était magnifique, et sa danse était une ode à la sensualité qui gravait pour toujours dans ces chairs les courbes dont elle jouait, maintenant Ezaelle ne pourrait plus la voir autrement que dans cette avatar de beauté lascive et enflammée.

Mais ce qu’elle aimait par dessus tout c’était cette précision, cette énergie. Elle s’offrait aux regards, elle vibrait pour son art. Oui, c’était le genre de personnes que la princesse appréciait. Bon public, elle mangea peu, grignotant ses plats distraitement pour ne pas manquer un pas, une cambrure rehaussée par ses cheveux qui valsaient avec elle comme des feu follets.

Quand elle finit sur une vrille si intense qu’elle aurait pu s’envoler, la salle ne se montra pas avare en compliment, le plus beau étant la salve d’applaudissement. Ce n’était pas si aisé de faire poser leurs fourchettes et leurs couteaux à ses affamés mais elle l’avait mérité. Ezaelle aussi applaudissait, avec plus de délicatesse, de retenu, comme son rang et la présence supérieure dont elle se draper l’exigeait.

« Impressionnant », félicita-t-elle au grand soulagement du maître de cérémonie qui aimait mieux voir un sourire sur le visage de cette princesse capricieuse. « Servait donc un verre à notre artiste », exigea-t-elle d’un geste de main royal pour guider les servantes qui s’empressèrent de lui offrir de l’eau. Toutefois, malgré cette bonté, la dite princesse n’en avait pas encore finis avec son interlocutrice, lui réservant une nouvelle épreuve qui surpris même son supérieur.

« En te voyant, je n’ai pas pu m’empêcher de t’imaginer danser sur ma chanson préférée… Cela sera un merveilleux final pour le dessert », souffla-t-elle en donnant les détails de la dite chanson. Une musique traditionnel, les musiciens la connaissait. Elle était plus lente aussi, plus douce. Moins éreintante incontestablement, mais elle n’aurait jamais pu enchaîner une danse aussi rythmée de toute façon.

L’exigence n’était pas totalement formulée, elle pouvait encore s’en esquiver d’une pirouette, le pari était risqué. Danser, en improvisation, sur une chanson qu’on sait fredonner alors qu’on est fatigué, ou refuser de satisfaire le caprice à demi mot d’une princesse exigeante.

Imperturbable, Ezaelle attendant sa réponse en sirotant un verre de vin, ayant fait taire d’un regard ceux qui auraient tenté d’influencer son choix ou de prendre sa défense.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Ezaelle Kryos le Lun 28 Mai - 16:41
avatar
Gor




Une danse essentielle

Kushumaï s'assit. Elle avait emporté les applaudissements nourris du public et sa danse avait vraisemblablement soulevé l'assemblée. Ravie au premier abord, elle se ravisa un peu en constatant que, si la Princesse avait incontestablement apprécié sa prestation, elle restait plus en retrait. Était-ce seulement l'étiquette qui voulait cela, ou alors... ?

La réponse lui vint de la Princesse elle-même : Elle avait trouvé sa prestation impressionnante. Avec un petit sourire, Kushumaï constata le soulagement de son maître, mais en réalité, elle fut elle même soulagée, et accepta avec un plaisir non dissimulé le verre d'eau que lui apportait les servantes.
Ce repos fut de courte durée. La Princesse voulait encore une danse. Oh, évidemment, ce n'était pas dit comme ça, mais Kushumaï savait très bien qu'un refus lui retomberait dessus plus tard. Par chance, la musique sur laquelle la Princesse voulait qu'elle danse était plus calme. Et surtout, elle le voulait au dessert, donc... un peu de répit. Pourquoi pas après tout...
Kushumaï hocha la tête : "Avec plaisir, votre Majesté."

Après quoi, elle finit son verre et entrepris d'effectuer des étirements pour soulager ses jambes, avant de remonter sur scène. En attendant le dessert, elle se repassait la musique dans la tête. Calmement, elle continuait sa récupération tout en se concentrant sur l'épreuve à venir, et en essayant d'estimer ses capacités physiques. D'après elle, elle pourrait tenir la danse, oui, mais pas question de finir en folie. Non, cette fois-ci, il fallait juste préserver la grâce pendant la danse, ne pas faire d'excès, être lisse. Ah, et refuser après toute autre danse, elle savait d'avance qu'elle serait lessivée.

Le moment venu, elle se mit doucement en action, dansant plus lentement mais cette fois, elle prenait bien le temps de croiser le regard de chacun des spectateurs. Elle y lut du désir chez certain, un véritable ravissement chez d'autres, une légère crispation chez son maître et une attention de tout les instants chez la Princesse. Elle ne savait pas ce qu'elle pensait de sa prestation, ou même d'elle, mais elle ne la quittait pas du regard. Pour ne pas être déstabilisée, Kushumaï cessa ses observations directes et entreprit de balayer régulièrement la salle du regard.

Elle avait mal, très mal, et la musique, certes lente et agréable, était relativement longue et l'exercice d'endurance dépassait les plus gros défis que Kushumaï ne s'était jamais lancé. Cependant, elle tint bon jusqu'au bout, saluant les invités avant, cette fois-ci sans attendre, de s'assoir sur la première chaise qu'elle trouva. Épuisée certes, mais consciente d'avoir réussi et dépassé une fois de plus ses limites. Elle entreprit de respirer et de se reprendre, lentement, au cas où on viendrait lui parler, être au moins capable de répondre.. un peu.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Kushumaï le Lun 28 Mai - 17:28
avatar
Gor


Ce que Ezaelle jugeait c’était la conscience de son corps, de ses limites. Si Kushumaï avait dit oui sans être capable de tenir jusqu’au bout elle n’en aurait retiré que du mépris. Mais elle avait dit oui, et maintenant elle se dépassait. Ses courbes emperlait de sueur donnait un goût exotique aux gâteau qu’elle mâchait distraitement en même temps qu’elle profitait du spectacle. Toujours cette parfaite sensualité, cette mesure, cette grâce, cette harmonie quand bien même la chorégraphie était improvisée.

Une vrai danseuse, pleine de passions, de vie, de charme, par un automate qui s’efforçait de reproduire des mouvements sans les incarner. Une créature doter d’un talent, d’un vrai. Même s’il ne semblait pas nécessairement indispensable au premier abord, Ezaelle savait qu’il pouvait être utile. Elle la félicita une nouvelle fois de ses applaudissements graciles et mesurés, la laissant reprendre ses esprits en réfléchissant à de nouvelles épreuves.

Elle respectait la danseuse, c’était indéniable, mais quand était-il de la personne derrière ? Jusqu’où était prête à aller pour se faire bien voir, pour entrer dans les petits papiers de la princesse. En avait-elle seulement envie ? Il lui faudrait plus de temps pour le découvrir et elle le savait.

« C’était de toute beauté », concéda-t-elle finalement au plus grand plaisir de son Maître qui se détendait enfin, satisfait de la prestation de la princesse. « Vous me la prêteriez quelque jour, j’ai envie de la montrer à ma cour », ajouta-t-elle ensuite avec un air mielleux, un sourire candide aux lèvres trahi par le ton impérieux de ses yeux.

Malgré toute la politesse dont la phrase était enrobé ce n’était pas une question, plutôt un ordre. Qui rappelait sa condition. Elle n’était qu’une esclave, une poupée au main de la princesse si elle le désirait. Même s’il avait du mal à se départir de sa pouliche, son maître savait que Ezaelle ne le volerait pas, ce n’est pas pour autant que cela lui plaisait de faire ce cadeau gracieux, fut-il temporaire. Mais quel choix avait-il.

D’ailleurs, son attention s’était déjà reposée sur elle.

« Alors dites moi, avez vous d’autres talents que la danse Mademoiselle ? »
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Ezaelle Kryos le Ven 1 Juin - 9:41
avatar
Gor




Une danse essentielle

Kushumaï fut reconnaissante à la Princesse d'attendre qu'elle soit en état de répondre avant de poser ses questions. Néanmoins, elle l'entendit demander une faveur à son maître - en réalité, elle doutait que son maître puisse refuser une telle demande de la Princesse.
Quelques jours avec la Princesse hein ? Que veut elle encore...? Je pense que c'est plutôt bon pour moi ? Je crois ?
Elle sourit malgré elle à ces pensées : Après tout, n'était-ce pas ce qu'elle avait toujours voulu ? S'élever, petit à petit, dans la hiérarchie malgré son statut ? Enfin, tout n'était pas joué, et il fallait encore réussir à faire en sorte que ce prêt ne soit pas que temporaire.

Perdue dans ces pensées, la danseuse entendit à peine la question que la Princesse lui posait. D'autres talents... oui, évidemment. Mais puis-je lui en parler ? Pas ici, évidemment. Son atout magique devait rester dans sa manche - métaphore ironique vis à vis de sa tenue. Elle répondit donc à la Princesse en pesant ses mots.

"Rien d'aussi original je dirais, Princesse... je sais faire ce que la plupart des esclaves féminins savent faire, des taches ménagères aux plus intimes. Cependant, ma qualité de danse est reconnue est c'est ce que je fais le plus."

Satisfaite de la réponse, elle se demanda si c'était bien sa danse que la princesse était venue voir et... pas elle-même, pour une autre raison ? Ou alors c'était juste un coup de pression mit à son maître ? Les doutes recommencèrent d'eux-même à s'insinuer dans son esprit, d'autant plus facilement que Kushumaï était épuisée.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Kushumaï le Ven 1 Juin - 10:39
avatar
Gor


Les doutes, Ezaelle était douée pour les entretenir, ces sourires, ces regards… Un masque trompeur dans lequel il était difficile de lire. Était-ce de l’approbation ? Une accusation ? Du mépris ? Un peu tout ça à la fois ? Oui, cet air impénétrable, elle l’avait travaillé durant des années pour le rendre toujours plus oppressant et sibyllin. Une façon comme une autre de tester la résilience des autres et de semer le trouble. La politique n’était qu’une immense partie de poker après tout.

Ce soir là, Ezaelle ne parla pas davantage avec la danseuse. C’était la star de la soirée, mais c’était une esclave, personne ne pouvait être surprise qu’on ne lui accorde pas une attention indéfinis même si elle semblait décidément aux goûts de certains invités. Invités qui auraient sans doute bien aimé une danse d’un genre plus privé en tête à tête avec la belle Kushumaï, mais Ezaelle ne s’appropriait pas la bienveillance de ces protégés en les livrant en pâture au premier noble lubrique venu. Elle n’avait rien à y gagner, et quelque part, elle même ressentant un certain attrait pour la jolie danseuse, jugeait plus équitable que si elle était frustrée tout le monde le soit. Oui, il n’y avait bien que quelqu’un de son rang pour pouvoir faire ce genre de mesquinerie.

***************

Kushumaï fut convoquée par la princesse dans l’après-midi. Pour un thé, dans les jardins privés déserts pour l’occasion si ce n’est l’esclave qui servait la boisson et les petites sucreries qui allaient avec. Une torture pour Ezaelle qui surveillait sa ligne malgré sa gourmandise, étant du genre à s’empâter rapidement.

Maintenant qu’elles étaient en privés, elles pouvaient parler vrai. D’un geste, la princesse autorisa la danseuse à s’asseoir alors qu’elle portait sa tasse encore fumante à ses lèvres.

« Il est de notoriété publique que j’aime les gens d’exception… Et je pense que ta danse s’en rapproche Kushumaï. Avec de meilleurs professeurs, de plus belles parures, tu pourrais être la danseuse du royaume… Mais on se lasse vite du plaisir des yeux… Alors laisse moi te reposer la question, Kushumaï… Que sais-tu faire ? », souffla-t-elle en posant son regard indéchiffrable sur la jeune femme.

Si ça se trouve elle n’avait pas d’autres talents particulier. Ce n’était pas grave, ce qui comptait à cet instant c’est que la danseuse se vende, avec audace, qu’elle réfléchisse plus loin. Qu’elle montre que, ce qu’elle possédait, pouvait vraiment lui apporter quelque chose.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Ezaelle Kryos le Jeu 7 Juin - 15:53
avatar
Gor




Une danse essentielle

La Princesse avait semblé satisfaite de la réponse de Kushumaï, et elle passa le reste de la soirée à... heh, faire des choses de princesses ? En tout cas elle jouait visiblement à d'étranges jeux de pouvoirs auxquels Kushumaï n'entendait rien. Après tout elle s'en fichait, et elle estimait avoir réussi son coup. Dès que ce fut possible, elle alla s'étendre pour bénéficier d'un repos bien mérité.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


C'était une après-midi calme, rien ne présageait donc que quelque chose de spécial se produirait. Et pourtant, la Princesse Ezaelle l'invita - plus précisément, la convoqua - dans les jardins. Ils étaient déserts, ce qui était habituel en cas de rendez-vous, mais ce n'était pas souvent qu'une esclave était là pour une autre raison que le service. La Princesse l'attendait, et lui fit signe de s'assoir. Kushumai s'executa et pris également une tasse de thé, posée sur la table et prévue à cette intention. Elle attendit que la Princesse s'exprime en premier comme elle le devait, et elle fut alors un peu surprise qu'elle lui repose la question qu'elle avait exprimée en public lors de la soirée. Puis, un petit sourire naquit sur ses lèvres - Bien évidemment, la Princesse avait du percevoir le léger changement d'attitude lors de son omission la dernière fois. Après s'être assurée d'un coup d’œil circulaire que personne d'autre que la Princesse Ezaelle ne pouvait l'entendre, elle hocha doucement la tête et répondit.

"Tout ce que je vous ai dit la dernière fois, mais je dispose d'un autre atout que j'ai appris."


Elle fit apparaitre une petite flamme au bout d'un doigt, avant de la faire disparaître

"J'ai toujours pensé qu'il faudrait que je sache me défendre au cas où, mais c'est également très efficace pour agrémenter une danse. Cependant, je n'ai toujours pas trouvé le moyen de vraiment danser avec les flammes longtemps sans me bruler. Ça se verrait, et... je n'ai pas trop envie que ça se sache."


C'était un coup de poker. La Princesse pouvait s'en servir contre elle, mais elle avait le sentiment que, au contraire, elle aurait plus de raisons de s'attacher à elle comme cela.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Voir le profil de l'utilisateur
Message par Kushumaï le Jeu 7 Juin - 18:02
Contenu sponsorisé


Message par Contenu sponsorisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum