Dans un univers façonné par des dragons divins, ou moult races et magies se côtoient, venez prendre part a la grande fresque de cet univers (NC-18 pour les thèmes abordés)


En route vers les nains? [PV: Amaline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar
La Jetée


Le voyage depuis Bae avait été long et épuisant. La roue du chariot s'était brisée, et il s'était retrouvé coincé un long moment. Heureusement, il était accompagné d'un garde et d'un conducteur qui s'étaient chargés de faire les réparations. Mais à cause de cela, ils avaient failli être en retard pour leur rendez-vous, chose impensable. Par chance, ils étaient arrivés à temps à Yelibe, et ils avaient déposés les caisses chez l'acheteur. Le contrat était rempli et il était libre de faire ce qu'il voulait. Et la première chose était une bonne nuit de sommeil dans une auberge ! Et elle fut bonne.

Le lendemain, il renvoya le garde et le conducteur, mais garda le chariot. Il était temps de se diriger vers les nains pour conclure de nouveaux accords qui permettraient à sa compagnie de se propulser et de faire bien plus de profits. Mais avant d'y aller, il fallait remplir son chariot. Il passa la matinée à parler à d'autres marchands avant de conclure deux ou trois affaires. Rien de grandes valeurs, il ne voulait pas de gardes, mais de quoi faire un peu de profit. Il s'était retrouvé avec principalement de la nourriture et quelques peaux. Il fit tout mettre dans son chariot avant de vérifier que tout était bien installé.


*Bien, ça me paiera le voyage aller-retour. Ce voyage ne sera donc pas inutile quoi qu'il advienne. *

Il descendit du chariot et ajusta le chapeau noir avec une bande blanche qui cachait ses cornes. Il vérifia par ailleurs que son sort d'illusion était toujours en place pour détourner l'attention de ses cornes, avant de se diriger vers la jument qui était chargé de tirer le chariot. Il caressa doucement la monture.

-J'espère que tu t'es bien reposée, on a encore pas mal de route. Mais tu connais le prix hein ? Tu auras un bon paquet d'avoine à l'arrivée. Tu es impatiente n'est-ce pas ?

Le démon portait des habits sombres, un pantalon simple et un haut tout aussi simple. Il avait d'autres affaires dans le chariot pour pouvoir se changer après la route. Il tapota une nouvelle fois la tête de la jument brune. Bien, il était temps de se mettre en route...
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Lun 11 Juin - 23:20
avatar
Vilseraie


avec Tashar



Amaline était arrivée en ville quelques jours plus tôt. Elle avait prit le temps de refaire le plein de nourriture et de repos avant de se décider à reprendre la route. Elle n'avait pas perdue de temps. Aprés avoir quitté le Chaman et son loup, elle avait reprit la route vers Yelibe. Elle ne connaissait ni la ville ni les allentours mais elle savait où aller. Doucement et sûrement, elle était arrivée à bon port en fin de matinée.

Elle avait ensuite déniché une petite taverne qui louait des chambres et avait rencontrer le médecin de la ville. Celui-ci tout comme le précédent qu'elle avait rencontrer lui conseilla d'aller en Erob, les medecines y étaient plus poussés et sans doute ce serait bien plus formateur pour elle. Cependant, elle offrait ses services le temps de son passage. Il n'avait pas pu refuser, une manipulatrice du flux de la vie était un bon bonus pour certaines maladies ou blessure. C'est comme ça qu'elle avait pu rebomber sa bourse et remplir son sac.

La cherchâme avait également prit quelques renseignements, la route vers les villes d'Erob était bien fréquentée et elle trouverait facilement un convois se rendant au même endroit qu'elle pour ne pas voyager seule. C'est ainsi qu'elle s'était retrouvée, un peu avant la demi-journée proche de la sortie à regarder les rares convois qui partaient. Elle attendait depuis quelques minutes quand elle vit arriver un homme avec chapeau, de sa place, elle n'arrivait pas à voir ce qu'il y avait dans le chariot mais la jument ne semblait pas à avoir à faire trop d'effort pour le tirer. Elle prit son courage à deux mains quand il passa devant elle.

« Excusez-moi ? Vous partez en direction d'Erob ? Est ce que cela vous dérange si je fais le chemin avec vous ? »

Elle se tut quelques secondes le temps de le regarder un peu plus en détail. Il était un peu plus grand qu'elle, mince et avait une cheveulure noir masqué sous un chapeau. Alors qu'elle regardait son visage et ses yeux, elle ne se rendit même pas compte que son regard fut attiré ailleurs.

« Ne vous inquiètez pas, je suis discrète, et ne prend pas de place. En contre partie, je cuisine et je peux faire d'autres petites choses ! »

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Mar 12 Juin - 15:37
avatar
La Jetée


Tashar avait grimpé sur le chariot et attrapa les rênes et fit avancer sa jument. Après une première pression initiale, le convoie se mit en route. Le chemin devrait être tranquille, peu de danger, peu d'effort, pas trop de rencontre, un bon petit trajet. Mais il n'était même pas arrivé à sortir de la ville qu'une étrangère l'apostropha. D'un mouvement simple, il arrêta sa jument. Restant assit, il posa ses yeux marrons rougeâtres sur l'intruse. Elle voulait se rendre à Erob... Oui, c'était dans sa direction... Si ça le dérangeait? Eh bien... Pour être franc... Il se retint une réponse directe. Inutile de la blesser, et puis peut-être qu'un passager différent lui changerait les idées. Avant qu'il n'ait répondu, elle avait reprit la parole, pour proposer des services en échange. Voilà qui parlait au démon. Il n'était pas vraiment doué pour la cuisine, ça pouvait être utile. Il se gratta sous le menton une seconde avant de donner une réponse.

-Je veux bien, mais faut demander à Abi si elle veut bien vous tirer...

En donnant le nom, il fit un mouvement du menton vers la jument qui attendait patiemment. La jeune femme ne devait pas peser des masses, ça ne devrait pas ralentir le chariot. Il se redressa alors et en s'appuyant sur le chariot, il tendit la main vers la jeune femme pour l'aider à monter. Une fois qu'elle fut à bord, il claqua de la langue et la monture se remit en route.

-Je préfère m'éloigner d'ici avant que les marchands se rendent compte qu'ils se sont fait avoir.

Il sourit à la jeune femme puis guida la jument vers la bonne route. Ensuite elle suivrait presque toute seule la route et il n'aurait pas à trop s'en préoccuper. Abi était vraiment une monture rare. Forte, patiente, endurante et intelligente. Pour une simple monture, elle était trop lente, mais pour tirer un chariot, elle était parfaite. Et elle lui avait coûté une bonne bourse. Une fois le chariot sur la bonne route, il tourna la tête vers la passagère.


-Je m'appelle Tashar Calat'Shan, enchanté ma Dame.

Il porta sa main à son chapeau qu'il souleva légèrement en guise de salutation, mais il s'assura de le garder entre la jeune femme et son crâne.

-Puis-je savoir pourquoi une belle jeune femme voyage seule jusqu'à Erob?

C'était une question indiscrète, probablement, mais il s'en moquait, au pire, elle refusait de répondre. Mais c'était une information qu'il préférait obtenir puisqu'il allait la conduire un petit moment.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Mar 12 Juin - 16:07
avatar
Vilseraie


avec Tashar



« Abi ? »

Elle n'eut pas le temps de réellement penser sa question qu'elle compris qu'il s'agissait de sa monture. Elle leva une main vers elle pour que la dite Abi puisse la sentir avant de porter son regard vers l'homme et de s'avancer vers lui pour attraper plus facilement la main qu'il lui tendait. Elle pu ainsi bien plus facilement grimper et le rejoindre sur la banquette du chariot.

« Merci beaucoup ! »

L'attelage se remit en route rapidement et la jeune femme répondit à son sourire en se posant plein de question. Pourquoi les marchands penserait ça ? Est ce que c'était un voleur ? Un homme malhonnête ? Elle le regarda de nouveau comme si les réponses à ses questions allaient se trouver sur son visage. Finalement, elle n'eut pas le temps d'oser poser la question qu'il reparla de nouveau.

« Amaline Chaldi, enchantée également, et encore merci de m'avoir accepter... »

Elle souriait en tentant d'étouffer toute ses questions et apprécia son geste. Il était peut-être malhonnête avec les marchands mais là, il était tout à fait charmant avec elle. Elle porta son regard vers l'horizon avant de répondre d'un ton joyeux.

« J'y vais pour peut-être trouver un Maître Medecin. J'ai envie d'apprendre tout ce qui est medecine traditionnelle et sans lien avec le flux. Du coup, n'ayant pas trouver avant je tente par là. En dernier recours je tenterais à Minos... Mais c'est bien plus loin... »

Elle joua un peu avec son bracelet d'opaline et regardait Abi marcher avec nonchalance. C'était presque appaisant de la regarder comme ça, les petites cailloux, les petites bosses et creux donnaient un rythme à leur avancé et Amaline trouvait ça agréable.

« Et vous ? Vous parliez des marchands tout à l'heure... Vous... Vous ne les avez pas volé quand même ? »

Elle n'était pas nerveuse mais se demandait bien pourquoi il avait hâte de filer. Ce n'était peut-être pas ses affaires mais autant discuter. Le chemin n'allait pas être court. Elle regardait le paysage tout en l'ecoutant. Pour le moment, elle n'avait pas beaucoup voyager sans marcher elle-même, cela allait modifier ses plans. Ils allaient plus vite, et se fatiguait moins, c'était vraiment mieux.

« Vous voyagez souvent alors ? »

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Mar 12 Juin - 17:07
avatar
La Jetée


Elle se nommait donc Amaline Chaldi... Le démon nota le nom dans un coin de sa tête pour ne pas l'oublier. Qui sait s'il finirait par la revoir ou entendre parler d'elle. Retenir un nom pouvait être plus utile qu'on pouvait le croire, surtout pour un marchand. Certaines personnes se sentaient simplement honorés qu'on se souvienne de leur nom et du coup étaient plus enclin à acheter quelque chose. De plus, chaque information peut avoir son utilité un jour, pour soi-même ou pour quelqu'un d'autre, et toute information a une valeur. Ceci dit, cette information avait probablement très peu de valeur et lui serait sans doute à jamais inutile. Mais ce ne serait ni la première, ni la dernière.

Elle allait donc chercher un maître médecin. Une soigneuse donc? Voilà une information plus intéressante. On pouvait toujours avoir besoin d'un soigneur, et parfois il fallait trouver quelqu'un de... discret pour se faire soigner. Un jour peut-être serait-elle une grande soigneuse... Ou peut-être n'arrivera-t-elle jamais à apprendre quoi que ce soit et son nom ne sera jamais retenu par l'histoire. Seul l'avenir le dirait.


-Effectivement, c'est plus loin, et avec les temps qui court, ça devient de plus en plus dangereux... Soyez prudente si vous envisagez un tel voyage... Qu'est-ce qui vous attire dans la médecine?

Il la vit jouer avec un bracelet, à force d'observer les gens pour vendre ses produits, il arrivait à apercevoir plus de détail que les autres. Ce genre de geste prouvait parfois la présence de stress ou d'agitation, chose qu'il pouvait alors exploiter pour arriver à ses fins. Mais aujourd'hui, il n'avait pas de fin à atteindre. Pour l'instant en tout cas. La jeune femme parla alors des marchands. S'il les avait volé? Tashar laissa échapper un rire sincère.

-Ils risquent de le prendre comme cela. J'ai réussi à négocier à un prix très avantageux pour moi, mais c'était totalement honnête.

Le démon gardait un oeil sur la pauvre bête qui les tirait, et observait tranquillement le paysage. Il aimait bien voyager, on voyait de belles choses. Un jour peut-être retrouverait-il où il était apparut... Enfin, là où il était dans son premier et mauvais souvenir. Il devrait y aller un jour pour chercher à comprendre, il le savait, et pourtant il n'arrivait pas à s'y résoudre. Amaline le sortit de ses pensées en lui demandant s'il voyageait beaucoup.

-Eh bien, je cherche à conclure des contrats un peu partout et pour cela je n'ai pas le choix. Pour l'instant je voyageais surtout dans le coin, mais je compte bien voyager sur tout le continent, et plus loin. Et vous alors?

Il lança un regard en arrière puis doucement autour d'eux avant de regarder de nouveau la route. Il valait mieux rester prudent, il ne transportait rien de grandes valeurs, mais les brigands pouvaient tout de même leur tomber dessus, et ce même si la route était relativement sûre. Il préférait rester prudent. Prudence est mère de sureté.

-La route sera assez longue et si vous restez avec moi aussi longtemps, autant me tutoyer tout de suite et m'appeler Tashar.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Mar 12 Juin - 17:55
avatar
Vilseraie


avec Tashar



Assise à coté de lui, Amaline se détendait petit à petit.

« Je ferais attention oui, mais j'espère ne pas devoir en arriver là... » Elle se tut quelques instant avant de reprendre. « En fait, je soigne déjà via le flux que j'ai appris a manipuler, mais je pense qu'en apprenant aussi le coté sans magie, je pourrais couvrir plus de chose. Durant mes études j'ai eut le choix et je ne suis pas taillée pour porter les armes... pour tout vous avouer, je recherche quelque chose dans les soin que j'apporte. »

Elle n'avait pas envie de tout raconter, surtout que même s'il était charmant, elle ne pouvait pas se présenter d'un simple « salut moi c'est Amaline et je suis cherchame ». Non ce n'étais pas possible. Même si les cherchame était bien accepter chez les elfes, ce n'était peut-être pas le cas ailleurs.

Elle reporta son attention sur lui pour ecouter ses réponses et fut soulager de d'entendre qu'il était juste profiteur et bon négociateur en tant que marchand. Il lui expliqua ensuite qu'il voyageait pas mal pour ses ventes. Il semblait même avoir le projet de voyager plus loin et partout. Elle l'enviait un peu. Elle avait peur des changement et pourtant avait envie de découvrir des choses... Elle était perdu dans ses pensées quand sa voix la ramena à la réalité.

« Vous... pardon ! Tu as raison Tashar. Mais c'est réciproque alors ! Je ne veux pas être la seule... ça va me gêner ! »


Elle lui lança un sourire bien plus détendu qu'au début du trajet. La jeune femme jeta un regard derrière elle en se demandant ce qu'il vendait. Elle reporta son regard vers lui en cherchant à le deviner sans le demander. Est ce que c'était de l'alcool ? Du tissus ? Jetant un coup d'oeil une fois encore à la cargaison elle fini par craquer.

« Et vous... tu vends quoi ? Il y a quoi derrière ? »

Elle posa ses mains sur l'assise de la banquette et s'appuya contre le petit dossier. Ses yeux se reporta sur l'horizon en passant par Abi. La jument semblait douce et obéissante. C'est à ce moment là qu'elle se disait qu'elle pourrait peut-être elle aussi trouver une monture, un ou une compagne de voyage, ce serait sans doute plus agréable... Là elle n'était pas seule, mais si elle avait un compagnon...

« Tu voyages avec Abi depuis longtemps ? Ce n'est pas contraignant d'avoir un animal ? Je me dis que peut-être ça doit paraître moins long le chemin quand on est accompagné non ? »

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Mer 13 Juin - 8:51
avatar
La Jetée


La soigneuse expliqua qu'elle utilisait le flux pour soigner ses patients. Voilà qui était de plus en plus intéressant. Elle souhaitait couvrir plus de chose en apprenant le soin sans magie. C'était une approche intéressante et intelligente. Si elle était à la hauteur de ses propres désirs, elle deviendrait sans doute une très grande soigneuse, mais le chemin serait long et fastidieux. Garder un oeil sur elle pourrait peut-être lui être utile un jour finalement. Elle expliqua également qu'elle était à la recherche de quelque chose en soignant. Voilà qui était intriguant...

-Voici une démarche fort louable. Il faut savoir ouvrir ses horizons pour progresser le mieux. Les bornés ne pourront jamais devenir de grands hommes. Pouvant délaisser un peu le guide de la monture, il se laissa un peu allé en arrière. Tout le monde n'est pas fait pour porter les armes, mais il est parfois nécessaire de connaître les bases pour pouvoir se défendre ou défendre autrui. Ceci dit, la guerre est la pire des idioties.

Et la pire de toutes les guerres était celle des démons. Vouloir envahir Memtis était stupide au plus haut point. Même s'ils arrivaient à gagner la guerre, et c'était relativement peu probable, que resterait-il? Pas grand chose selon Tashar. Et que feraient-ils des autres peuples? Les massacrer? Quelles pertes.... Les réduire en esclavage? Ca ne provoquerait que des rébellions et encore plus de morts. La guerre n'était pas la solution. Il en était certain. Mais un jour il serait forcé à se battre s'il ne trouvait pas un moyen de se libérer du pouvoir de l'Originel... Et il n'avançait guère...

-Nous sommes tous à la recherche de quelque chose. Gloire, renommé, richesse, force, pouvoir, pour les plus... superficiel. Mais la plupart des gens ne trouveront jamais vraiment ce qu'ils cherchent.

Et il ne trouverait sans doute jamais un moyen de pouvoir s'opposer à l'Originel si jamais il le désirait... La jeune femme accepta de le tutoyer et demanda qu'il fasse de même. Il acquiesça d'un signe de tête et d'un sourire. Ca ne rendrait le voyage que plus agréable. En plus, il n'appréciait pas vraiment d'être vouvoyer, même s'il ne saurait expliquer pourquoi. Il la sentit l'observer et observer sa cargaison avant qu'elle ne finisse par lui demander ce qu'il transportait.

-De la viande séchée principalement. Et quelques autres aliments. Je compte vendre ça au premier village nain venu. Ca devrait financer mon voyage. De ce côté-ci, il indiqua d'un signe de main vers derrière lui sans se tourner, j'ai également quelques peaux. Là-dessus je pourrais peut-être me faire un profit assez intéressant. Mais c'est uniquement ce que j'ai acheté à Yelibe. J'ai un magasin à Bae, la Corne Rouge, où je vends un peu de tout. Et sinon j'ai quelques convois comme celui-ci qui ramène des ressources d'une ville à l'autre. J'essaie de... diversifier mes affaires.

Après quelques instants, la jeune femme reposa des questions, cette fois au sujet d'Abi, sa jument. D'après ses questions, elle devait se demander si elle devait se procurer une monture, ou autre animal, pour l'accompagner. Le démon réfléchit un instant à la réponse avant de parler.

-Ca fait à peu près un an que je l'ai. Mais j'ai d'autres convois et d'autres chevaux, même si elle reste ma préféré. Quand je mène un convoi comme ici, je préfère l'avoir avec moi, on a du coup pas mal voyagé tous les deux. Et si c'est contraignant? Plutôt. Il faut nourrir l'animal et savoir en prendre soin. Mais si tu choisis le bon animal, il t'accompagnera au bout du monde sans jamais t'abandonner. Et oui, c'est toujours mieux d'être bien accompagné. Et aujourd'hui j'ai la chance d'avoir deux bonnes compagnies.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Mer 13 Juin - 10:19
avatar
Vilseraie


avec Tashar



Amaline hocha de la tête. Elle était bien d'accord, la guerre était inutile, ou du moins, elle aurait préféré une autre méthode. Mais parfois, quand les uns et les autres ne s'écoutent plus c'était peut-être le seul moyen ? De toute façon, elle n'y pensait pas vraiment avec sérieux, elle vivait plutôt au jour le jour ou à l'avenir proche, vu que si elle restait seule, elle finirait dans la folie dans le futur lointain.

« J'ai les bases, je sais me défendre si vraiment il le faut, mais, il faut pas qu'en face se soit un balèze... Ou alors il faut qu'il me laisse le temps de me préparer... »

Elle se mit à rire en imaginant un assaillant attendre qu'elle sorte son arme et qu'elle se prépare mentalement avant de l'attaquer. Cela couperait tout idée d'assaut surprise. Tashar rebondissait ensuite sur sa recherche. Encore une fois elle ne pouvait pas le contredire, chacun cherchait quelques choses et parfois cela semblaient superficiel. Mais elle n'était pas tout à fait d'accord, parfois cela semble dérisoire pour les autres alors que pour soi, c'était vraiment important. Est ce que finalement tout le monde n'avait pas un coté cherchame ? Un petit vide à combler d'une manière ou d'une autre ? Non, parce qu'eux, ne finirait pas fou si le vide n'était pas comblé.

« Au contraire, je pense que beaucoup peuvent trouver, ou du moins trouver quelque chose qui leur convient sans que ce soit leur demande ou leur souhait initial... Au final, je pense qu'on peut trouver ce que l'on chercher vraiment mais pas toujours de la manière qu'on imagine... »


Elle croyait vraiment à cela. Elle se persuadait que si elle soignait les gens, elle se soignerait elle-même et comblerait le vide qui la caractérise. Elle tourna le visage vers la cargaison quand il lui en fit un rapide inventaire. Il lui expliqua aussi qu'il avait une boutique à Bae, une ville qu'elle aurait bien aimer visiter un jour. Ses ventes semblaient hétéroclites et elle se demandait si c'était un vendeur d'opportunité ou s'il avait quand même une marchandise de base.

« Tu vends donc tout et n'importe quoi ou il y a quand même une... une ligne directive ? On pourrait donc trouver des vêtements et des outils de bricolage à coté de farine et bijoux ? »


Amaline hochait de la tête doucement en regardant avec douceur la jument. Mais elle sentit ses joues rougir légèrement quand il l'évoqua en bonne compagnie. Heureusement cela passa rapidement mais elle lui adressa un sourire. Elle était bien chanceuse d'être tombée sur lui.

« C'est gentil... » Elle se tut quelques instants avant de reprendre la parole. « Du coup, je devrais y réfléchir pour mes prochains voyages. J'imagine que cela dépend de ce que l'on recherche, si c'est pour aller plus vite ou juste ne pas être seul... »

Elle farfouilla dans son sac et bu une grande rasade d'eau avant de la lui tendre.

« Tu en veut un peu ? D'ailleurs je ne connais pas la route, est ce qu'il faut se rationner ? On trouvera de quoi manger en route ? Enfin ma vrai question dans le fon c'est combien de temps ca va durer ? Non pas que je veuille déjà t'abandonner hm ? »

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Mer 13 Juin - 11:49
avatar
La Jetée


Elle disait connaître les bases du combat, c'était déjà ça. Tashar savait se battre, mais quand avait-il appris? Probablement avant de se retrouver sur Memtis, il ne se souvenait pas. Il savait, c'était tout. Il savait manier une épée, ainsi que des dagues et des poignards, et c'est pour cela qu'il avait une dague caché pour se défendre. Etait-il bon avec? Pas mauvais en tout cas, il pouvait rivaliser avec n'importe quel brigand, et tenir tête à un soldat, probablement. Mais ce n'était pas son arme naturelle. Son arme, c'était ses griffes lorsqu'il prenait sa véritable forme, transition douloureuse au passage. C'est là qu'il était le meilleur au combat, mais cela n'avait rien d'étonnant. Les démons avaient été fait pour aider l'Originel dans son combat. Un voile sombre passa sur ses yeux en pensant à cela. Mais cela disparut aussi vite que c'était apparut grâce au rire de la jeune femme. Il sourit.

-Aucune raison qu'il n'attende pas. Ceci dit, s'il te laisse du temps, je ne peux que te conseiller de fuir. C'est souvent la meilleure solution...

Les gens pouvaient trouver quelque chose qui leur convient? C'était une façon de voir les choses. On trouve ce que l'on cherche mais pas de la manière qu'on imagine? Possible. Il avait déjà une solution pour échapper à l'emprise de l'Originel. Mais elle était un poil trop... radical et définitive. Mais il envisageait tellement de possibilité que ce ne serait pas étonnant qu'il soit tout de même surpris de la façon d'y arriver. Mais il visait trop haut. Comme souvent.


-Je pense que les gens apprennent à se contenter de ce qu'ils ont, c'est selon certain ça le bonheur. Toute fois on ne peut pas toujours s'en contenter. On a... besoin de quelque chose. Même si cela semble impossible à avoir. Et puis il y en a qui sont juste égocentrique, égoïste et avare, qui veulent tout. Même s'il faut passer par la guerre pour l'avoir.

En ce qui concernait ses affaires, elle lui demanda s'il avait une ligne directive. Il prit un instant pour y réfléchir et donner une réponse juste, ce qui n'était pas forcément facile. Il se frotta l'oreille gauche en réfléchissant puis il prit la parole.

-Tu ne trouveras pas des bijoux à côté de farine dans mon magasin. Mais tu pourras trouver un magasin de bijoux à côté d'un magasin de farine. Je souhaite créer une véritable compagnie commerciale. Faire des échanges sur le continent entier, et peut-être avec l'extérieur. De la nourriture aux bijoux, je m'intéresse à tout. Je vois probablement trop grand, mais à quoi bon avoir un rêve s'il est facile à atteindre?

Il sourit de nouveau. Finalement c'était une bonne chose d'être tombé sur elle. La compagnie était vraiment agréable et cela rendrait le voyage plus rapide et plus intéressant. Tant pis pour la solitude, il pouvait l'avoir à n'importe quel moment. Ceci dit, il devrait faire attention à ce qu'elle ne repère pas ses cornes. Tant qu'il avait son chapeau, il n'y avait aucun risque, mais sinon... Ce serait dommage qu'elle prenne peur de lui en découvrant qu'il était un démon. Enfin, il la comprendrait.

-Effectivement, tout dépend de ce que l'on recherche. Pour les voyages, pour aller vite, un cheval, un rampants ou un griffon peut être très utile. Mais pour de la compagnie en dehors, un chien ou un chat par exemple est plus intéressant. Sinon je suppose qu'on peut aussi chercher une femme ou un mari... Mais c'est un peu plus... contraignant.

La jeune femme but avant de lui proposer. Voilà qui était gentille de sa part, mais il refusa poliment en levant la main. Il n'avait pas encore soif. Amaline s'inquiétait pour le rationnement mais Tashar eut un léger rire. Elle voulait savoir le temps que ça prendrait... Le démon réfléchit un instant avant de pointer du doigt l'arrière du chariot.

-Avec toute la viande séchée qu'il y a derrière, on ne mourra pas de faim avant des mois. Et la barrique au bout est remplie d'eau. Toujours avoir de l'eau avec soit! Donc non, pas besoin de se rationner. Quant au temps que ça prendra... Difficile à dire. Je ne suis jamais venu par ici. Mais d'après mes renseignements, et si je ne veux pas trop fatiguer Abigate Julia von Cel, donc en m'arrêtant régulièrement, on aura sans doute une nuit à la belle étoile. On atteindra une auberge le lendemain. De là, si le voyage est trop long, tu pourras louer un cheval pour rejoindre la ville plus rapidement. Une fois dans les montagnes, les passages à cheval sont plus rapide qu'avec un chariot.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Mer 13 Juin - 14:13
avatar
Vilseraie



avec Tashar



Amaline avait sourit à son conseil, c'est vrai que fuir était plus... raisonnable. Et puis, elle aurait pu mettre un coup peut-être deux mais pas beaucoup plus. C'était donc la meilleur chose à faire si elle avait le temps. Puis quand il lui expliqua sa vision des choses, elle le regardait avec attention. Il était quand même négatif, mais il avait sans doute raison. Ils pensaient à peu près pareil mais l'exprimaient différent.

« C'est vrai que parfois certains ne savent pas du tout se contenter de ce qu'on leur offre. Mais moi, je pense qu'on ne peut pas vraiment être heureux si on fait du mal aux autres... »

Et ça elle en était sur. Enfin, pour son cas personnel, certain n'en avait rien à faire des autres et pour elle c'était bien eux qui ne méritait pas le bonheur. Elle jetait des coups d'oeil vers la route tout en continuant de le regarder. Il lui expliquait qu'il souhaitait plutôt avoir des boutiques plutôt qu'une seule qui réunissait tout. Elle était admirative, il avait de grand projet.

« Oui c'est vrai ! Il faut un rêve lointain pour pouvoir avancer, c'est ce que me disait ma mère... »

Elle l'écouta ensuite la confortér dans son idée. Elle ne se voyait pas trop avec un compagnon imposant, ou plutôt, elle avait beaucoup de mal à s'imaginer ça. Mais quand il parla d'une femme ou d'un mari, elle ne pu absolument pas cacher son rire. Elle n'avait encore jamais imaginer le mariage comme un moyen de trouver un compagnon de voyage. Mais ce n'était pas totalement idiot. Mais encore fallait-il trouver la bonne personne, et là encore, ce n'était pas gagné.

Elle regarda derrière elle quand il parla de la viande seché, mais elle haussa des épaules, si c'était sa marchandise, ce serait peut-être mieux de ne pas trop taper dedans non ? Elle regarda la jument quand il parla d'elle. Elle avait un bien grand nom cette demoiselle. Souriant, elle hocha de la tête. Dormir à ciel ouvert n'était pas nouveau pour elle, mais dans un petit camps qu'elle aurait préparer elle même non. Par contre elle secoua la tête vivement quand il lui parlait de louer un cheval.

« Oh non ! Pour le moment comme tu le disais c'est agréable de voyager avec vous, donc je n'ai aucune raison de vouloir vous fausser compagnie. Par contre, je n'ai jamais vraiment réellement dormi à la belle étoile comme ça. Je sais faire et entretenir un feu et cuisiner sur le pouce comme ça, mais... enfin, on verra comment ça se passe, tu l'as déjà fait toi j'imagine ? »

Elle le regarda quelques instants avant de profiter du paysage. Il avait changer, depuis son départ de Vilseraie le paysage n'était plus du tout le même, cela lui faisait prendre conscience qu'elle était bien loin de chez elle. Elle lâcha un petit soupir avant de se reprendre et de sourire en regardant devant eux.

« Tu m'as dit que tu avais fait plus d'un convois, donc tu as du en voir de beau paysage non? Où est ce que c'est le plus beau paysage que vous ayez vu ? »

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Mer 13 Juin - 15:38
avatar
La Jetée


Bien trop de gens, bien trop de puissants, ne savaient pas se contenter de ce qu'ils avaient. Mais pouvait-il les blâmer, lui qui ne se contentait pas de ce qu'il avait? Mais lui ne cherchait pas à faire du mal aux autres pour atteindre son but. Etait-il meilleur? Non, probablement pas. Tuer ne le dérangeait pas. Il savait mentir, manipuler, trahir pour atteindre ses objectifs. Non, il n'était pas quelqu'un de bien, c'était sûr. On ne pouvait être heureux en faisant du mal aux autres? La vision d'une pièce sombre s'imposa à lui. Sa main était pleine de sang, mais pas le sien... L'odeur des morts et mourants revint à ses narines. Pourquoi ce souvenir? Pourquoi maintenant? Il fixa droit devant lui, chassant pensée et souvenir avant de se reprendre.

-Tout dépend du bonheur je suppose. Un soldat a-t-il le droit au bonheur alors qu'il tue ses ennemis? A-t-il le droit au bonheur s'il tue pour le compte de son seigneur si celui-ci agit pour le mal? Peut-on vraiment mériter le bonheur? Voilà une question bien difficile.

Il avait peu de chance de mériter le bonheur. Mais au fond, le cherchait-il vraiment? Il ne faisait rien pour cela. Il cherchait à réaliser son but, et c'était tout. Tout ce qu'il faisait c'était pour atteindre son objectif. Il avait très peu de plaisir personnel, et pour l'instant ça lui convenait. Au fond, pouvait-il se permettre de chercher le bonheur ou même le plaisir? Qui sait quand il n'aurait plus assez d'énergie pour rester sur Memtis... Devait-il chercher à conclure des pactes pour être sûr de pouvoir rester? Ce serait plus sage, mais étrangement cette idée ne lui plaisait pas. Et en même temps il évitait de s'attacher aux gens. Non seulement parce qu'il risquait de disparaître, mais surtout qu'il risquait de devoir les tuer sur ordre de l'Originel. Pas d'attache, pas de soucis.

La jeune femme parla du camp. Elle ne voulait pas partir, mais elle n'avait jamais vraiment campé à la belle étoile visiblement. Si elle savait déjà faire un feu, c'était déjà une bonne chose. S'il l'avait déjà fait? Oh que oui. Pendant une bonne période, après avoir perdu la mémoire, il avait vécu loin de tout, et seul. Mais il avait la forme d'un démon, ça facilitait la chasse et la survie. Mais bon, il ne pouvait pas parler de ça.


-Cela m'est arrivé quelques fois. Je suis pas très bon pour la cuisine cependant. J'ai tendance à trop cuire... Enfin, à cramer pour être franc. Mais pour le reste, je saurais m'en occuper.

Elle parla alors du paysage. Oui, il en avait vu un peu. Le plus beau... Une fois de plus, le démon réfléchit à la réponse. En attendant, il fit sortir doucement la jument de la route. Il était temps de faire une petite pause et permettre à la bête de se nourrir un peu. Pendant qu'il la détachait, il donna sa réponse.

-Chaque coin à sa part de beauté, si on y fait assez attention. Il est difficile de choisir un paysage pour le qualifié de plus beau. Mais si je devais choisir, je dirais la mer. Que ce soit depuis les quais de Bae où tu peux voir de nombreux navires amarrés ou à l'horizon. Ou bien sur une côté sauvage. Et encore, ce paysage est encore plus magnifique avec le soleil se couchant ou se levant.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Mer 13 Juin - 16:03
avatar
Vilseraie


avec Tashar



Amaline se taisait. Est ce qu'un soldat avait le droit au bonheur ? Oui bien sur ! Pour elle, ce n'était pas pareil de blesser pour défendre et blesser voir tuer pour son propre intérêt. Non, les soldats agissaient pour le compte de quelqu'un. Elle tordait la bouche en l'écoutant, elle n'était pas totalement convaincu mais il n'avait pas tord...

« Oui ce n'est pas facile de dire qui le mérite vraiment et se serait bien injuste d'en priver certains... Mais ce que je pensais en disant ça, c'est que celui qui tue pour atteindre son but sans... je ne sais pas comment l'exprimer. Je pense qu'un soldat travaillant pour un seigneur quelconque pensera agir pour le bien, pour ses idées... Alors qu'une personne labda qui tue son voisin pour avoir ce qu'il a, par jalousie là... c'est plus discutable... Ma mère m'a toujours dit que le bonheur se trouvait dans les choses toutes simples, comme un bon repas, une franche rigolade... Pour elle, se sont les détails du quotidien qui fait ou ne fait pas le bonheur... »

Il avait effectivement camper plus d'une fois et c'était donc un point positif, car au moins ils pourraient compléter les lacunes de l'autre. C'était décidément bien tombé. Elle descendit de la voiture quand celui-ci fit stoper Abi pour la détacher un peu. Elle se délia les jambes en marchant un peu tout en l'écoutant.

« Oui le beau est propre à soi... Je n'ai jamais vu la mer... J'aurais peut-être du y faire un crocher avant de m'enfoncer dans les terres. Le soleil doit s'y refléter et donner une couleur or à l'eau non ? Quoi que quand il se couche il est plutôt orange je crois... »

Elle s'étira largement avant de venir proche de la jument pour la caresser doucement. Elle était vraiment calme et la toucher ainsi était agréable. Elle lui flattait l'encolure quelques longues seconde en la regardant alors que celle-ci se régalait de quelques touffes d'herbe bien choisi. Amaline fini par se retourner vers l'homme.

« On s'arrête longtemps? Je peux faire quelque chose ? »



_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Mer 13 Juin - 17:31
avatar
La Jetée


Un soldat pensera agir pour le bien. Etait-ce vraiment le cas? Certains ne sont soldats que parce qu'ils ne pouvaient rien faire d'autres. Ou qu'ils pensaient effectivement agir pour le bien. Mais les ordres des supérieurs vont parfois à l'encontre de ce "bien". Que doit-il faire alors? Refuser? Obéir? Quand Tashar recevrait un ordre, que devrait-il faire? Non, il trouverait un moyen de se libérer avant que cela n'arrive, ou au pire, il avait sa solution de secours. Mais pour cela il avait besoin d'encore un peu de temps. La jeune femme fit allusion à sa mère, et le démon acquiesça.

-Ta mère est une femme sage.

Une fois la jument détachée, il vérifia rapidement chacune de ses pattes, puis s'autorisa enfin à s'étirer. Ca faisait du bien de marcher un peu. Amaline n'avait jamais vu la mer. C'était vraiment dommage. Mais elle aurait sans doute l'occasion d'y revenir. Il l'espérait pour elle. Le démon leva la tête et réfléchit en observant le ciel.

-Imagine toi de l'eau jusqu'à l'horizon. De l'eau comme s'il n'y avait plus rien d'autre que ça. Imagine le vent souffler dessus, de petites vagues sur toute l'étendue. Et le soleil, disparaissant à l'horizon comme s'il s'enfonçait dans l'eau, émettant un rayon orange de son point jusqu'à toi sur la mer. Mais il faut aussi voir la mer agitée. C'est un spectacle assez impressionnant. Si tu as l'occasion de passer près de la mer, vas y.

Finalement tant de paroles lui donnèrent soif. Il se dirigea vers le chariot pour attraper sa propre gourde et avala quelques gorgées. La jeune femme demanda s'ils s'arrêtaient longtemps. Il répondit par le négatif en secouant la tête. S'ils s'arrêtaient trop longtemps, ils n'atteindraient jamais la prochaine auberge.

-On va bientôt repartir. Je veux qu'Abi puisse se reposer un peu, mais aussi qu'on puisse se dégourdir. Si jamais on a un soucis, il vaut mieux être capable de bouger. Ceci dit, il y a très peu de chance qu'on ait des problèmes... J'ai tendance à être un peu trop prudent.

Il s'étira une nouvelle fois et observa le ciel. Num se trouvait quelque part là-haut. C'était de là-bas qu'il venait... Sans doute. Avait-il des connaissances là-haut? Des personnes qui s'inquiétaient pour lui? Une famille? Son coeur lui disait que non. Mais il ne pouvait en être sûr. Après un petit instant à marcher, il attrapa Abi et la guida pour la mettre devant le chariot et l'attacher de nouveau. Il vérifia que tout était bon et caressa l'encolure de sa monture avant de monter sur le chariot et de tendre de nouveau la main à sa compagnie pour l'aider à monter.

-Allons y, sinon vous ne verrez pas plus les montagnes que la mer.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Mer 13 Juin - 19:21
avatar
Vilseraie


avec Tashar



Amaline afficher un sourire et fit un petit signe de tête à sa phrase. C'est vrai que sa mère avait toujours de bons conseils, et bien souvent, c'était lié à son métier. Celle-ci avait l'habitude d'aider les autres, et trouvait toujours les mots pour réconforter. La jeune femme le regarda s'occuper du cheval tout en l'écoutant lui décrire la mer. Elle ferme les yeux en imaginant de l'eau à perte de vue se confondant avec le ciel. C'est vrai que cela devait être magnifique, avec ou sans le vent qui venait la fouetter. Elle imagine aussi le soleil qui, à force de descendre, semblait y plonger.

« Je n'y manquerai pas, cela semble vraiment très beau. Mais la mer agitée, elle n'est pas dangereuse ? »

Elle le suivi du regard alors qu'il allait boire, et fit de même en prenant sa gourde. Elle hocha de la tête à sa réponse, elle n'aurait donc pas le temps d'explorer les environs. Elle esquissa un sourire, quand elle comprit qu'il prenait vraiment soin d'Abi. Il n'avait pas tort, à rester assis sans bouger était un risque de s'ankylosé. De plus, le banc du chariot était un peu dur. À la longue cela ne devait pas être confortable. Quand il parla de prudence elle sourit davantage. Elle-même était très prudente, si bien qu'elle hésitait à prendre des risques parfois. Elle alla de nouveau flatter l'encolure d'Abi pendant qu'il a rattaché au chariot et attrapa sa main pour grimper. Elle avait ri quelques secondes à sa remarque.

« Je pense que les montagnes sont plus faciles à voir que la mer. Les montagnes sont bien plus hautes ! »

Elle lui lança un regard amusé en s'installant un peu mieux sur la banquette. Son regard fixe à l'horizon avant de se reporter sur Abi qui reprenait doucement la route plus. Plus elle s'éloignait de sa ville natale, plus elle avait l'impression de partir à l'aventure. Dire qu'elle n'avait pas peur serait mentir, mais elle faisait beaucoup d'efforts pour ne pas le montrer. Elle savait qu'elle devait partir pour suivre ses études mais le changement l'inquiétait elle savait qu'elle ne serait pas acceptée partout. Si les elfes étaient cléments par rapport à sa race ce n'était pas le cas de tout le monde. Et ça, elle avait appris à ses dépens.

« Tu es longtemps ? C'est une entreprise familiale où cela vient de toi ? Oh et depuis ta boutique on voit la mer ? »

Si c'était le cas, cela devait être un plaisir d'y travailler. Amaline s'imaginait exercer dans ces conditions. Soigner les gens avec un beau paysage, un bel environnement, cela devait être motivant. Elle se perdit légèrement dans ses pensées.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Ven 15 Juin - 12:20
avatar
La Jetée


-Si tu restes loin sur le rivage, il y a peu de risque. Mais si tu es sur la mer, oh oui, c'est dangereux. Mais comme la rose a ses épines, toute belle chose peut être dangereuse. Il ne faut pas se laisser leurrer par l'apparence.

Et il savait de quoi il parlait. En tant qu'illusionniste, il pouvait faire apparaître les choses autrement. Mais dans la nature même, il fallait toujours se méfier. Comme les plantes qui attirent leur proie grâce à leur odeur ou leur apparence. Mais ça allait dans les deux sens. Quelques choses pouvaient être laid ou effrayant et pourtant être bénéfique. Certaines plantes à l'odeur horrible pouvaient être utilisé pour des remèdes... Là où il fallait le plus se méfier des autres, c'étaient chez les humains, et autres races apparentés. L'apparence, les paroles utilisées, il fallait se méfier de tout au risque de se retrouver piégé.

Après avoir aidé la jeune femme à monter, il s'installa et guida tranquillement Abi vers la route. Il regarda autour d'eux s'il ne repérait pas quelque chose de suspect, puis il regarda nouveau devant lui, s'assurant que le chariot remontait bien sur la route. Une fois cela fait, il revint à sa discussion.


-L'intérêt d'une montagne n'est pas seulement de la voir, c'est aussi d'être dessus pour voir les alentours. Voir à des kilomètres et des kilomètres. Ce doit être magnifique.

Être plus haut qu'il ne l'avait jamais été, même en volant. La vue devait vraiment être belle. Et s'il avait l'occasion, il se trouverait une grande montagne pour y monter. Et peut-être tenterait-il de la quitter en volant. Il ne pouvait pas voler très longtemps, mais la sensation serait incroyable. Oui, il devrait essayer un jour. Mais avec le chariot, ça risquait d'être compliqué de le faire. Une autre fois. Sans doute.

La jeune femme reprit ses questions, cette fois au sujet de son affaire. Si c'était une entreprise familiale... Ekion faisait-il partie de sa famille? Pas de sang, évidemment. Mais sinon... Il ne l'avait connu qu'une année environ. Mais l'homme l'avait aidé, supporté... Lui avait appris beaucoup, et lui avait tout légué. Sans lui, que serait le démon aujourd'hui? Il l'ignorait. Et devait-il parler de sa perte de mémoire à la jeune femme? Pourquoi pas. Il ne gardait pas cela secret. Et au moins pouvait-il éviter de mentir quand on lui demandait son âge ou d'où il venait.


-Je suis marchand depuis deux ans. Et avant, je ne sais pas. J'ai... perdu la mémoire de ce que je faisais avant. J'ai été... recueilli par un marchand du nom d'Ekion qui possédait une épicerie à Bae. J'ai travaillé pour lui jusqu'à sa mort, et il m'a laissé son magasin, qui est devenu la Corne Rouge. Malheureusement, je n'ai pas vu sur la mer. Les prix avec une telle vue sont bien trop élevés. Mais un jour, je me laisserais sans doute tenté... Et puis aussi un magasin en haut d'une montagne, juste pour la vue. Ca me semble une bonne idée.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Ven 15 Juin - 13:24
avatar
Vilseraie


avec Tashar



Amaline souriait. Être sur la mer, il n'y avait jamais pensé. De même qu'elle n'avait jamais pensé à aller la voir un jour. L'apparence. C'est vrai qu'on ne pouvait pas toujours signifier, la preuve en était pour elle, elle était une cherchame dans un corps d'elfe. Tout n'était que tromperie, la nature la faune la flore, chacune d'elles pouvait user de tromperie pour s'épanouir.

« De toute façon, je ne sais pas nager. » Fit-elle en riant.

Elle n'avait pas pensé à ça, au fait que les montagnes étaient si hautes qu'on pouvait voir toute la vallée et les villages en petits points. Elle essayait de s'imaginer en haut d'une montagne à voir sa forêt nourricière. Est-ce qu'elle la verrait ? Est-ce qu'elle ne serait pas trop loin ? Et mieux encore, est-ce qu'en haut des montagnes on avait l'impression de voler ?

« J'imagine que oui. J'imagine qu'on doit sentir tout petit une fois tout en haut. Je crois qu'on peut dire que la vue sera la récompense de l'avoir gravi »

Quand il commença à parler de son passé, Amaline était attentive. Elle se mordit la lèvre, quand elle apprit qu'il avait perdu la mémoire. Ce devait être difficile. Ne pas pouvoir se rappeler de sa famille, va pouvoir se rappeler de sa vie d'avant, devait vraiment être compliqué. Du moins, c'est ce qu'elle pensait. Elle ne pouvait s'imaginer ne pas avoir de souvenirs de ses parents, ne pas avoir souvenir de sa maison, ne pas pouvoir se souvenir de ses amis. Il continuait à parler et elle comprenait qu'il avait quand même une famille. Le marchand l'avait aidé et lui avait donné le goût du marchandage.

Si elle avait osé, elle aurait posé sa main sur son épaule en signe de compassion, mais elle ne lui adressa qu'un sourire compatissant. Elle fut toutefois un peu plus amusée quand il parla d'un magasin sur la montagne. Il semblait tellement persuadé de la beauté du paysage une fois en haut, qu'elle l'imaginait bien derrière un comptoir tout en haut de cette montagne. On n'en revenait à la conclusion de tout à l'heure, travailler dans un lieu magnifique était toujours plus motivant.

« Si la vie est aussi belle que tu le dis, je passerai souvent dans votre boutique là-haut. J'espère que d'ici là, je n'aurais pas le chemin à faire à pied. Je ne suis pas très sportive, alors monter une fois ou deux je pense que ça pourrait aller mais le faire tous les jours je ne pense pas. »

La jeune femme farfouillait dans son sac, en sortit un petit carnet et de quoi écrire. Elle écrivit quelques lignes avant de le refermer de le ranger sur l'une des petites feuilles qui s'y trouvaient, elle avait commencé une liste des choses qu'elle devait faire. Il y avait d'inscrits quelques petites choses banals, et elle avait rajouté aller à la mer, graver une montagne, acquérir un compagnon. Silencieuse, elle regardait encore une fois autour d'eux. Le paysage ne semblait pas beaucoup changer, mais il y avait de temps en temps des petites différences avec les lieux passés elle trouvait incroyable la différence entre les plaines d'ici et la forêt de chez elle alors que pendant tout le chemin elle ne s'était pas rendue compte de ce changement.

Son regard se posa sur un lapin qui détalait, puis sur les buissons dans lequel il venait de se cacher. Son esprit pensa aux plantes, celle-ci n'était pas rare, et elle se demandait s'il lui était arrivé de vendre des objets rares. Pour le moment il ne lui avait parlé que de marchandises banales.

« Tu as déjà eu des joyaux entre les mains ? Quand je dis joyaux je parle de choses rares pas forcément de bijoux ou… de pierres... »

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Ven 15 Juin - 14:06
avatar
La Jetée


-Ah, c'est un plus de savoir nager quand on va sur la mer. Mais quand la mer est agitée, même savoir nager n'est pas suffisant... C'est comme se battre contre un dragon. Enfin, je suppose... J'ai jamais combattu de dragon... Pas plus que je ne me suis retrouvé face à la mer déchainée, ceci dit.

Il rit. En deux ans à Bae, il avait eu l'occasion de voir des tempêtes au loin, d'immense vague s'abattre sur le quai ou sur les rochers en bas d'une falaise. Mais il n'avait été qu'une fois sur un navire et cela n'avait pas été long, et le temps était très calme. En tout cas, il n'avait aucune envie de tenter l'expérience, ça c'était sûr.

Ils parlèrent ensuite des montagnes. Se sentir tout petit... Ou géant puisque tout paraissait plus petit. Peut-être avait-on l'impression de dominer le monde. Ca devait être une sacrée sensation. Mais il se contenterait de la vue. Il ne lui fallait rien de plus pour apprécier une journée. La vue serait une récompense selon la jeune femme. Et elle n'avait pas tord. Il acquiesça.


-Effectivement, c'est une récompense. Pour atteindre une bonne vue, il faut le vouloir et se dépenser. Même sans escalader, faut être motivé. D'ailleurs, dès que nous atteindrons les montagnes, notre rythme sera beaucoup moins grand. On ne sera qu'en monté, et Abi aura plus de mal. C'est surtout pour cela que la route sera longue. Si nous n'avions que du terrain plat, on y serait rapidement. En montagne, un trajet de cent mètre à vol d'oiseau peut représenter des kilomètres avec un convoi. Et j'espère que tu n'as pas peur de l'altitude.

Il parla ensuite de son passé. Elle semblait compatissante, mais le démon était en paix avec cette histoire. Il regardait en avant, peu importait le passé. Mais à peine avait-il pensé cela, que son mauvais souvenir revenait. Il faudrait qu'il règle ça un jour ou l'autre. Si on fuyait trop son passé, il finissait par nous rattraper. Et il y avait peu de chance que ça finisse bien.

La jeune femme indiqua qu'elle passerait souvent si la vue était belle. Mais elle craignait la monté, ce qui était compréhensible. Il fallait trouver quelque chose pour pouvoir monter sans trop se fatiguer... A pied, certainement pas... Un cheval? c'était mieux, mais la pauvre bête aurait du mal... Un rampant? Serait-il à l'aise à cette hauteur? Le mieux serait tout de même de pouvoir voler...


-Il faudra qu'on se procure des griffons. Ce sera bien plus simple pour monter. Mais je suis pas sûr qu'ils se laissent dresser facilement...

Le démon vit Amaline écrire quelque chose dans un carnet qu'elle venait de sortir. Il était curieux de ce qu'elle avait pu écrire, mais il n'interrogea pas la jeune femme. Ils restèrent un instant silencieux avant qu'elle ne reprenne la parole. S'il avait déjà eu des joyaux entre les mains... Il avait eu l'occasion de toucher quelques objets de très grandes valeurs, mais les posséder, pas vraiment... Pas encore. Cela viendrait. Bientôt. Il soupira.

-J'ai pu en admirer, mais jamais en posséder. Mais c'est également dans mes projets. Je gagne bien ma vie, mais si je veux gagner plus pour m'acheter un magasin au bord de mer, il va falloir que je m'intéresse à des objets de plus grande valeur. Mais c'est plus compliqué. Plus un objet à de la valeur, plus cette valeur est variable, subjective. Un détail en art peu changer totalement la valeur. Pour pouvoir acheter et vendre ce genre d'objet, il faut d'abord connaître son sujet. Il est plus facile de vendre une pomme sans se faire avoir, et sans tromper l'acheteur, que vendre une vieille statuette.

Il devait donc en apprendre plus de choses sur ces objets, sur les bijoux, sur les objets anciens... Il devait aussi trouver des personnes ayant ce genre de connaissances et qui accepteraient de travailler pour lui. Il regardait toujours en passant devant des magasins spécialisés. Mais il n'avait encore jamais pris le temps de vraiment s'y intéresser. Sa fortune de réserve commençait tout juste à être assez intéressante pour qu'il puisse imaginer agrandir son commerce.


-Mais nous avons parlé de mon passé et de mon travail. Parlons un peu de toi. D'où viens-tu exactement, et qui t'attend chez toi? Je suppose que tu dois avoir plein de courtisan. ajouta-t-il en riant.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Ven 15 Juin - 18:07
avatar
Vilseraie


avec Tashar



Amaline esquissa un sourire. C'est vrai qu'il était rare de combattre un dragon et de s'en sortir idemne. Elle n'ont plus n'en avait jamais combattu mais les histoires qui se transmettaient dans son peuple ne laissait pas à douter. Elle trouvait la comparaison assez clair pour se méfier de la mer agitée. Elle hochait doucement de la tête. Elle n'avait jamais été ailleurs que dans sa forêt alors elle ne savait pas combien ce serait difficile, elle était prête à le croire sur parole. D'autant qu'elle avait déjà entendu des histoires de montagne à gravir.

“De l'altitude je ne sais pas mais je n'ai pas le vertige en tout cas !”

Le jeune femme passa une main dans ses cheveux en refléchissant. Des griffons ? Oui c'était une bonne idée, moins fatigant pour eux et si elle avait bien compris, plus facile. Alors qu'à cheval ou à rampant il fallait slalomer, dans les airs il n'était pas obligtire d'eviter les arbres, il suffisait de les survoler.

“Je pense aussi que se serait la meilleur solution, mais oui, il parrait qu'il n'est pas aisé de les dresser... et puis il faut les trouver !”

Après lui avoir parlé de joyaux, elle le vit soupirer. Est ce qu'elle posait trop de question ? Ou trop intrusive ? Mais sa reponse la rassura un peu. Il devait chercher ses mots sans doute. Elle n'y connaissait rien en achat et vente, ni même en commerce d'objet rare. Elle allait souvent au marché de Venus mais n'avait jamais discuter prix. D'un coté, elle n'achetait pas grand chose de valeur, préférant de loin les objets qui lui parlaient. Même si certains objets rares avaient de jolies histoires.

“Je comprend oui, je ne suis pas à la recherche d'objets chers, mais j'aime écouter leurs histoires, a qui ils ont appartenu... comment se sont-il retrouvé là...”

Amaline laissa quelques longues secondes, peut-être même des minutes passer avant qu'il ne prenne à nouveau la parole. Elle sourit d'abord avant de finalement rire avec lui de sa question et remarque. Est ce qu'elle avait des courtisans ? Elle ne l'avait jamais remarqué, ou n'y avait jamais réellement fait attention alors peut-être que oui ? Elle haussa doucement des épaules.

“Je viens de Vilseraie, Venus plus exactement, chez moi, c'est encore chez mes parents donc j'imagine qu'eux m'attendent avec impatience ! J'ai quelques amis aussi, mais je doute qu'ils m'attendent de cette manière....”

Elle se tut en regardant Abi, les yeux un peu dans le vague. Oui, elle avait de trés bon amis, mais elle avait toujours été un peu à part. Surtout durant la période où elle cherchait la personne avec qui se lier. Maintenant qu'elle s'était résolue à ne pas la trouver, c'était plus facile pour elle de se faire des amis. Mais coté coeur et soupirant, elle n'avait pas grande expérience, avec le vide en elle, elle avait la sensation de ne pas avoir de place pour ça, ou au contraire bien trop de place.

“Je ne suis pas fin observatrice alors s'il y en a plein je ne les ait pas vu.” Ajout-elle avec un sourire amusé. “En fait, je réalise que je n'aime pas être seule, mais que je ne fait pas grand chose pour régler ça...”

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Sam 16 Juin - 11:49
avatar
La Jetée


Trouver les griffons ne devaient pas être si difficile que ça. Mais les dresser... Fallait-il les combattre? Tashar s'imagina combattre un griffon dans les airs. Ce serait un beau spectacle, et un sacré combat. Ca pouvait même être amusant, lui qui n'appréciait pas spécialement les combats... Mais avait-il une chance de gagner? Surtout dans un combat aérien... Il ne pourrait pas laisser le combat s'éterniser, sinon il n'aurait aucune chance. Mais battre un griffon, sans le tuer, en un temps limite, ça semblait bien compliqué... Intéressant, certes, mais trop compliqué...

-Je pourrais toujours en acheter un, je suppose... L'argent est l'une des trois plus grandes armes au monde, autant l'utiliser.

Pour le démon, il possédait deux armes très puissante. La première était l'argent, qui permettait d'accéder à tout ce qu'il pouvait vouloir. Et il continuait d'en amasser pour pouvoir accéder à encore plus de choses, et contrôler plus de chose. La seconde arme, était la manipulation des mots. Savoir parler était bien plus puissant qu'on pouvait le croire. Réussir à insérer une idée dans la tête de quelqu'un était aussi puissant que difficile à mettre en place. Manier les mots le permettait. Pour l'arme la plus puissante de tous, il commençait à l'amasser. C'était la connaissance. Chaque information avait de la valeur, la bonne information au bon moment sera toujours la meilleure des armes, que ce soit en affaire ou dans la guerre. Connaître son sujet lors d'un marchandage permettait d'avoir le meilleur prix, connaître le déplacement de l'ennemi permettait d'éviter des combats inutiles ou de préparer une embuscade.

Lorsqu'ils parlèrent des joyaux, la jeune femme expliqua qu'elle aimait écouter les histoires des objets. C'était une chose que le démon appréciait, mais il avait rarement eut le temps de s'y intéresser. Au fond, il ne "vivait" que depuis deux ans. Mais dès que son commerce fonctionnerait parfaitement, il pourrait se laisser aller à ce genre d'occupation.


-Je comprend. Certains objets ont une histoire incroyable.

Après un moment de silence, il l'interrogea sur ses origines, et elle répondit. Elle venait donc de Venus où elle habitait chez ses parents. Elle était donc déjà loin de chez elle. Et ça devait être assez inquiétant de se retrouver loin de chez ses parents. Elle avait des amis aussi. Une vie normale. Et la voilà sur les routes, loin de son confort habituel. Elle reprit ensuite la parole, au sujet de ses soupirants. Elle ne pensait pas en avoir.

-Allons, une belle jeune femme comme toi doit bien en avoir. Ils doivent être bien trop intimidé pour venir te parler!

Le démon dévia légèrement la route d'Abi pour éviter un trou, puis la laissa nouveau suivre son chemin. La jeune femme n'aimait pas être seule, mais elle ne faisait pas grand chose pour arranger cette situation. Tashar aimait la solitude, mais il comprenait l'envie de ne pas être seul. L'envie de partager ses découvertes, ses joies, ses peines. Ainsi que la difficulté de trouver la ou les bonnes personnes.


-On est jamais seul. On a toujours notre famille et nos amis. Où qu'on soit, quoi qu'on fasse, ils seront toujours avec nous. Il sourit. C'est ce que me disait Ekion. Et je pense qu'il n'avait pas tord. Ceci dit, ça ne sert à rien de trop en faire pour ne pas être seul. Il faut laisser le temps et suivre son instinct pour trouver les bonnes personnes. Sinon seule la déception nous attend.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Dim 17 Juin - 12:35
avatar
Vilseraie


avec Tashar



Amaline fronça des sourcils, elle ne pensait pas que l'argent était une arme. En fait il n'y avait jamais réfléchi, sa famille n'était pas très aisée mais elle n'était pas pauvre du tout. Alors elle n'avait jamais prêté attention. Chez elle, on obtenait surtout des avantages grâce aux actions que l'on faisait plus que l'argent. Son père n'était pas devenu noble par son argent mais par ses actes. Cependant, elle ne pouvait nier que sans argent on ne pouvait rien faire.

« Trois grandes armes ? L'argent et quoi d'autres selon vous ? »

Puis, dans la conversation tourne autour de ses relations, la jeune femme se mit à rougir. Dire qu'elle n'avait pas l'habitude des compliments serait mentir, et cela restait quand même gênant pour elle. Elle ne se trouvait pas particulièrement plus jolie qu'une autre, mais elle se savait légèrement différente. Est-ce que c'était parce qu'elle avait les cheveux gris ? Est-ce que c'est parce qu'elle était une cherchame ? Elle n'aurait pas su dire, mais elle se savait différente.

« Je vais finir par me sentir gêner, je n'ai pourtant pas l'impression d'être si peu abordable… » finit-elle par dire le sourire aux lèvres.

Elle regarda le paysage autour d'elle, avant de le regarder lui. C'est vrai qu'il y avait la famille et les amis, que peu importe où on se trouvait sur le continent, ils existaient et étaient présent dans nos têtes. En y repensant, c'est vrai qu'elle avait toujours la sensation d'avoir sa maire prêt d'elle. Mais cela c'était sûrement dû au fait, que sa mère allait très souvent prier Gaïa et lui avait offert une carte qu'elle gardait précautionneusement son carnet.

« Je suis plus ou moins d'accord, je sais qu'il ne faut pas trop en faire qu'il faut laisser le temps. Mais parfois le temps n'est pas un allié. Par exemple, si on sait que la fin est proche, le temps se fait meurtrier. »

Amaline avait baissé la tête, elle ne parlait pas forcément de la mort mais de la folie qui la gagnerait si jamais elle ne trouvait personne pour combler son vide. Elle le redoutait le craignait, elle avait également peur de trouver cette personne et ne plus être libre.

« Ne t'inquiète pas je ne parle pas pour moi, je n'ai pas envie de mourir tout de suite et je ne suis pas mourrante ! Je sais que j'ai encore une longue vie devant moi, mais cela ne m'empêche pas de ne pas aimer le temps qui s'écoule. Beaucoup trop vite pour moi ! »


_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Lun 18 Juin - 10:05
avatar
La Jetée


L'argent permettait tout. L'argent permettait d'acheter les choses mais également les gens. La plupart des gens avaient leur prix. Prix à partir du quel ils vendraient leurs amis, leur famille. C'était un vision assez triste, et pourtant il la savait réaliste. Parfois ce prix était exorbitant, mais il existait tout de même. Parfois le prix n'était pas en argent, mais en objet, ou en acte. Mais dans tous les cas, ça se monnayait. Le démon se demanda alors s'il avait un prix. Qui serait-il prêt à trahir pour obtenir la liberté qu'il cherchait? Avait-il seulement qu'un a véritablement trahir? Il n'avait pas d'attache, le prix serait dérisoire. Au fond, il n'avait rien de valeur. Même son magasin, son commerce, son argent, cela ne représentait pas grand chose pour lui. S'il les perdait, il recommencerait, voilà tout. Sa vie? Elle n'avait que peut de valeur selon lui. Cela serait difficile de faire pression sur lui... Et c'était sans doute une bonne chose.

-L'argent, le parler et la connaissance. Avec ces trois choses, on peut avoir ce que l'on veut, pratiquement. L'argent pour le commerce, le parler pour la diplomatie, la connaissance pour les espions. La guerre n'est que le résultat de l'échec de ces méthodes.

L'échec par manque de patience, l'échec par la volonté d'avoir plus que ce qu'on pouvait réellement obtenir. Mais il n'échouerait pas. Il trouverait un moyen grâce à ces trois armes pour éviter une nouvelle et inutile guerre. Il trouverait le moyen de faire venir les démons sur Memtis, de les faire vivre sur terre. Et sans s'attaquer aux autres races. Il voulait que les démons puissent vivre ici, en paix. Un objectif fou, mais c'était le sien. Et ça lui permettait d'agir pour l'Originel sans avoir à se battre, il espérait que cela lui donnerait plus de temps, plus de liberté.

Ils parlèrent ensuite de la jeune femme. Le marchand remarqua qu'elle rougit devant ses compliments, et cela l'amusa. Ses compliments étaient sincères, mais ils avaient surtout pour but de la taquiner. Lorsqu'elle indiqua qu'elle allait finir par se sentir gêner, le démon se laissa aller à rire.


-Si tu préfères, je peux aussi être médisant. Enfin, tout le monde ne peut pas faire facilement un pas vers les autres, qu'ils soient ou non abordables.

Le temps n'était pas un allié. Sur ce point, il était parfaitement d'accord. Quand on sait que quelque chose de terrible va arriver, que ce soit sa mort ou autre chose, le temps est d'une grande cruauté. Pour Tashar, ce n'était pas la mort qu'il craignait, mais un ordre de l'Originel. Ou bien sa disparition de Memtis pour revenir sur la lune invisible. Mais il ne savait pas quand ça se passerait. Il savait juste que ça arriverait. Et qu'il se battrait d'ici là.

La jeune femme voulu le rassurer en indiquant qu'elle ne parlait pas d'elle. Il hocha simplement la tête. Elle n'aimait pas le temps qui passait. Et il passait trop vite. Tashar leva la tête et observa comme souvent le ciel, à la recherche d'une lune qu'on ne pouvait voir. Oui, le temps s'écoulait vite.


-Le temps n'est pas un allié, mais il n'est pas un ennemi non plus. Il est neutre, dans les malheurs ou dans les bonheurs, il continue d'avancer. Il passe vite, c'est certain, mais dans les pires moments, on a l'impression qu'il ne passe pas assez vite... Quoiqu'il en soit, il ne faut pas courir après ce temps qui va trop vite. Il faut savoir prendre, eh bien, son temps. Si je devais courir après le temps, je serais à cheval en train de galoper d'une ville à l'autre, et je ne pourrais profiter ni de ce beau paysage, ni de ton agréable compagnie. Ce serait vraiment dommage.
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Mer 20 Juin - 14:07
avatar
Vilseraie


avec Tashar



Amaline acquiesca, elle n'avait jamais vu les choses sous cet angle. En fait, elle n'y avait même jamais réfléchit. Mais maintenant, cela lui semblait finalement pas idiot. Elle devait bien avouer que Tashar avait plus de reflexion qu'elle, mais d'un coté, elle n'avait jamais voyager, et était encore plus ou moins en étude. La jeune femme se demandait si effectivement l'echec de ces trois forces menaient à la guerre... parce que pendant les guerres, les trois choses n'étaient-elles pas utilisées ? Certes c'était dans un but de destruction et de vaincre mais c'était utilisé...

Elle secoua vivement la tête quand il parla d'être tout autant médisant. Non, elle préférait être un peu géné par des compliments aussi taquin soit-il que d'entendre ça. Elle esquissa un sourire. C'est vrai que tout le monde n'était pas égal face aux autres, c'était dommage que tout le monde n'ait pas cette aisance, mais d'un coté, ce serait peut-être triste que tous soit comme un autre.

« Oui, enfin non, ne soit pas médisant, c'est moins agréable qu'un compliment ! » fit-elle avec un petit rire.

Puis, ils parlèrent du temps, celui qui passe. Si pour elle, il était plutôt un enemie, une épée d'amocles au dessus d'elle, lui, il le pensait neutre. Ce n'était pas lui qui faisait les evènements que l'on vivait. Ce n'était pas faux, mais dans son cas, il n'y avait qu'une solution à son problème et ce n'était pas en laissant le temps couler que ce serait réglé. Elle sourit à son argumentation. En effet, si l'on cherche trop à en gagner, on passe à coté de beaucoup de chose.

Amaline resta un moment silencieuse, elle réfléchissait à ce qu'il venait de dire. Elle avait peur du temps qui s'écoulait mais peut-être, qu'elle n'avait tout simplement pas à y faire attention. Peut-être qu'il lui suffisait de profiter pendant qu'elle le pouvait, et peut-être aussi qu'elle trouvera ce qu'elle cherche.

« C'est vrai ! Si j'étais pressée moi aussi j'aurais acheté un cheval ! Heureusement que le temps ne met pas trop compter,… enfin bref ! Je suis contente d'être en ta compagnie moi aussi, qui sait sur qui j'aurais pu tomber ! »

Elle lui adressa un sourire, avant de reporter son regard vers l'horizon. Ou du moins, c'est ce qu'elle comptait faire. Mais, juste devant eux, devant Abi couraient deux lièvres sur le petit chemin. Elle ne put s'empêcher de sourire d'avantage et de les lui pointer du doigt.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Amaline Chaldi le Jeu 21 Juin - 13:51
avatar
La Jetée


La jeune femme rit, elle préférait les compliments puisqu'ils étaient plus agréable. Tashar sourit. C'était en général vrai. Mais parfois, la médisance de certaines personnes pouvaient être pris pour de véritables compliments. L'insulte d'un marchand qui se rendait compte qu'il s'était fait avoir, ce n'était pour le démon qu'un compliment. C'était d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle il ne s'énervait que rarement, peu importe ce qu'on pouvait lui dire.

-Quel dommage, j'avais tellement d'idées en tête.

La discussion tourna ensuite vers le temps qui filait. Chacun avait sa vision des choses. Mais que le temps soit neutre ou bien un ennemi, ils ne pouvaient que subir le temps qui passait. C'était l'une des nombreuses choses auxquelles il fallait se plier sans pouvoir y résister. A moins qu'il n'existait une magie capable de contrôler le temps. Ce serait... surprenant. Et inquiétant... Et très intéressant... Ainsi qu'utile. Peut-être prendrait-il un jour le temps de s'intéresser à cette question. Mais pour l'instant, courir après une chimère ne lui apporterait rien. Enfin, courir après une seconde chimère.

La jeune femme admit sa vision. Mais lorsqu'elle dit que le temps ne lui était pas trop compté, le démon fut étonné. Certes, le temps de chacun était compté, mais est-ce que cela expliquait simplement cette phrase? Ou bien Amaline Chaldi avait un secret? Mais était-ce important? Probablement pas. Il préféra mettre cela de côté. Et observa l'horizon. Après avoir indiqué qu'elle était contente d'être tombé sur lui, elle pointa du doigt deux lièvres sur le chemin, le sourire aux lèvres.

Le visage du démon devint un très court instant, un instant presque infime, d'un sérieux total, sans le moindre sentiment. Les lièvres avaient-ils été effrayé par quelque chose, ou quelqu'un, pour se retrouver ainsi devant eux sur la route? Si oui, y avait-il une menace autour d'eux? Ce n'était que deux lièvres sur une route, ça arrivait assez souvent, il était inutile de surréagir. Il afficha alors un sourire devant le spectacle, mais décida de rester prudent. Il ne craignait pas pour sa vie. Il pouvait se débarrasser de quelques hommes si cela était nécessaire. Quant à sa marchandise, elle avait trop peu de valeur pour qu'il s'en inquiéta réellement. Non, ce qui le préoccupait, c'était la jeune femme. D'une part parce qu'elle ne savait pas très bien se battre, et ensuite parce que nul ne pouvait prédire la réaction de brigands quand ils voyaient une belle femme. Et surtout, il ne pourrait pas se transformer devant elle, donc il ne pourrait pas se battre....

Il chassa ses pensées une nouvelle fois. La route était normalement sûre, assez souvent empruntée. Il y avait peu de chance qu'il y ait une attaque, et si jamais il y avait quelque chose, il improviserait, voilà tout. Le démon s'étira et observa un instant le ciel.


-On va s'arrêter d'ici peu pour manger et se reposer. Cela te convient-il?
Voir le profil de l'utilisateur
Message par Tashar Calat'Shan le Mer 4 Juil - 17:12
Contenu sponsorisé


Message par Contenu sponsorisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum